bienvenue pour la suite N° 3 de mon safari à paris.

Depuis mi september chaque jour je poste sur facebook une image avec un petit texte.

Sur environ 200 images j’ai choisi 65 pour mon blog. Les images sont uniquement à l’iphone 12,

bien sûr complètement bio et éco-responsable….

avec le covid le monde devient fou, seulement albi arrive à repérer la faune animalière à paris.

et la mettre ainsi dans la bonne lumière.

Un rare zèbre de Grévy, qui a dû muter, a ainsi perdu toutes ses zébrures.
Coiffé d’un Ranger armé, il patrouille la rue Mazarine.
Suivi de deux Gelderland également montés par des milices pour faire régner le couvre-feu.
Sous ces conditions la pratique du safari libre devient compliqué.
Je suis donc condamné à agir en couverture et camouflage.
Je devrais demander conseil à Gérard, grand expert en camouflage,
collectionneur de treillis et inspiré du grand Guirand de Scevola.

safari à paris

Jim mon guide de l’ethnie des Turkana me fait signe de se mettre à l’abri.

Nous traversons un lit asséché de la Seine, quand soudainement,

Jim me montre un Mamba vert de l’Est (Dendroaspis angusticeps).

Plaqués contre le mur, nous observons le serpent,

qui ne se nourrit uniquement que de chauves-souris Corona.

Quelle beauté !

On dirait le soleil d’Austerlitz !

Mais restons prudents: Extrêmement venimeux sa morsure peut tuer plusieurs hommes.

Face à cette créature bourrée de neurotoxines,

je range mon sac de perles que j’avais préparé pour un shooting ethnique.

J’aurais aimé vous saupoudrer d’autres images mais on me signale par radio un événement:

Une horde de sangliers s’est échappée d’un élevage clandestin à Lodève et font route sur Paris.

Un grand merci à ce stage d’une célèbre agence parisienne!

Moi aussi je plébiscite le Canon EOS R5, couplé au 40-700.

Mais je travaille uniquement avec mon iPhone 12, de surcroit bio !

À mon avis bien supérieur aux reflex classiques.

Il a cette fabuleuse détection des yeux, içi sur un rare

“pigeon biset albinos”.

Mon guide Jim de l’ethnie des Turkana n’a vu que le cheval !

MDR, ici à Paris mes yeux et surtout l’iPhone 12 ont tout de suite détecté le pigeon.

C’est l’avantage de jouer à la maison.

Hihi !! Je signe donc ici encore une image rarissime d’un pigeon albinos.

Savez-vous qu’il y a 300 espèces de pigeons à Paris ?

Je pourrais poster une image différente par jour pendant une année….

Je me dépêche, car la Seine est en crue, je dois peut-être encore sauver un dauphin…

il paraît qu’il y a des soldes sur les dauphins du parc Astérix.

safari à paris

La nuit tombe sur Saint Germain,

la lumière soupire une dernière fois, puis rend les armes.

Mon iPhone 12 bio + végan plisse davantage ses lentilles

pour voir dans l’ombre de l’église une colombe…

Je déclenche. L’image est nette, précise et l’arrière-plan un chouia modeste.

La colombe tient un rameau d’olivier dans le bec.

Un signe que le déluge de neige s’arrête ?

Cette irréprochable qualité de mon iPhone bio,

seul l’esprit de Dieu pourrait être à l’origine de sa conception.

C’est peut-être en rapport avec la colombe? Je suis troublé !

Personne ne pourra me convaincre d’acheter un banal hybride.

Je laisserai ça au Gueux !

…safari à paris …

safari à paris

Jim mon wildlife guide est parti s’acheter un maillot de foot anglais

(c’est la tradition ancestrale des Turkana).

Je suis donc condamné à faire la photo-macro indoor.

En compagnie d’un ami Facebook qui attendait un post

« raisonnable » de moi! Ça fait longtemps qu’il attend !

Bref, dans ma serre, les papillons “Morpho Fabricius” s’en donnent à cœur joie.

Étonnant les couleurs métalliques, le revers est doté d’ocelles.

Heureusement la chenille s’est transformée en papillon car son odeur était repoussante.

Pour les mordus techniques:

Sur mon iPhone 12 la capacité de la détection de l’œil sur un crâne ne marche pas toujours.

J’ai dû décaler l’expo à -1/3, ouverture f/18 et le temps d’expo =1/50 000. ISO 50

mais la fonction téléphone reste toujours active.

Génial ! Faudrait-il ajouter la fonction téléphone aux hybrides Z6 et R6?

On est plus à un bouton près !

Quel merveilleux symbole de la liberté sauvage que celui d’une horde de chiens sauvages .

Mes yeux écarquillés n’en reviennent toujours pas d’assister à un tel spectacle.

Mon iPhone 12 bio et 100 % végan déclenche au millième seconde.

safari à paris

L’autofocus est inaudible et hyper précis.

Au-delà de l’aspect technique et l’émotion suscitée parmi vous,

je pense d’abord au partage de ce tableau divin.

Cette image est dédiée aux safarists aveugles qui passent à côté d’un moment fort.

safari à paris

D’une bouche de métro sort un Mundari.

Terekeka-Odéon direct.

Je lui propose un Job d’hiver: Wildlife guide à Paris. Accepté.

Sur la place de l’odéon mon nouveau guide soulève un vieux dessin de César Manrique

qui était jeté par terre et nous tombons nez à lunettes sur un Naja-Naja.

Un cobra à lunettes!!

C’est un serpent principalement crépusculaire et nocturne,

qui se nourrit essentiellement de rongeurs mais qui apprécie aussi les oiseaux, les lézards, les crapauds, etc.

Mon iPhone 12 a bien saisi son regard velouté, expo 1/30

f/5,6 iso 200 et la détection des yeux hésitait entre gauche et droite.

(On dirait un hybride)

Une chose est sure: Mon guide Mundari a déjà fait ses preuves.

Rue Falguière, séance de macro.

Je découvre une Saltique chevronnée.

Cette araignée ne tisse pas de toile mais saute à 30 fois sa taille.

Mon iPhone (bio et éco responsable) en mode détection des yeux avait un peu de mal à se concentrer.

Pour les aficionados de la nature sachez que la majorité des araignées ont huit yeux,

mais certaines espèces peuvent en avoir moins, voire pas du tout.

Et contrairement aux insectes (car non, l’araignée n’est pas un insecte,

elle appartient à la famille des arachnides), ses yeux n’ont pas de facettes.

Cette image rare de concours, montre une nouvelle fois l’intérêt de faire des safaris à Paris.

La multitude d’espèces mettent les boîtiers à rude épreuve.

safari à paris

Le cratère des Batignolles à Paris est une vaste caldeira circulaire

de plus de deux kilomètres de diamètre.

Situé au cœur du Clichy Conservation Area au Nord de la plaine Monceau .

Véritable arche de Noé, il est bien connu des safarists,

d’autant qu’il est placé sur la route de la mythique forêt impénétrable de Montmartre.

La photo du jour a été pris lors de cette descente dans le cratère.

Elle symbolise à quel point la biodiversité est vitale sur cette planète et combien,

en son absence, la vie est impossible.

J’étais avec un nouveau stagiaire, Florent, un druide de la descendance Panoramix.

Vue ses origines il ne shoot qu’au 24mm, ou à la limite 35mm.

Mon iPhone 12bio avec ses 3 objectifs

dont le fameux ultra grand angle de 120° à f/2,4 l’a convaincu totalement.

Flo hésite encore à se faire appeler Paysagix quand il passera “pro”.

safari à paris

A la recherche des dernières cougars à Paris.

Il a plu toute la nuit et toute la matinée sur Saint Germain.

C’est rare, mais cela arrive parfois.

Les gros (et les petits) chats étaient bien cachés ce matin

et c’est tout juste si je ne suis pas rentré bredouille.

Mais Paris nous réserve toujours des surprises.

La cougar est difficile à observer, son pelage est uniforme,

même si l’on devine parfois des rayures sur les membres antérieurs.

Elle possède une petite tête de forme arrondie munie d’oreilles courtes, la truffe est rose.

Je pratique le safari à pied, je ne possède pas de Land Rover

avec chauffeur et guide qui m’emmènent dans une ambiance feutrée, se mettent en position,

soleil au dos et coupent le moteur.

C’est bien trop facile!

Le safari de luxe pour quelques “Happy fews” avec du matos au prix d’une voiture,

les ayatollahs de la rafale, non merci !

Je cherche des traces, observe les crottes, mon odorat est en alerte maximale.

Et soudain la cougar apparaît. Voilà mon iPhone 12 bio déclenche silencieusement.

La cougar me balance un méprisant “Toy Boy” et disparaît sur les pavés de Paris.

Mais l’image dont je rêvais est faite.

Une vache est née la nuit dernière.

Elle était encore un peu bancale et avait du mal à tenir sur ses pattes lorsque nous l’avons déniché !

Elle était trempée jusqu’à la moelle, elle ne connaissait pas encore la douce caresse du soleil…

safari à paris

mais déjà celles de l’amour maternel.

Du coup on a mis toute la famille sur des roues, c’est tellement plus facile pour se déplacer!

Quelle image de liberté que ce troupeau de vaches

glissant sur l’horizon aux premières lueurs !

Image et texte recyclés et reconditionnés,

“one and single shot” by Albi avec mon iPhone 12bio, le tout, en mode “suivi vaches”

c’est vachement bien !

Nous n’avons pas trouvé le léopard des neiges hier soir,

mais nous n’étions pas rentrés bredouilles pour autant.

D’autres petits, toujours un peu farouches mais très curieux,

étaient au rendez-vous.

C’était le grand cache-cache.

Pour faire cette image de concours,

il faut se balader à 7.000 m d’altitude dans un avion permettant de monter si haut

tout en ouvrant une fenêtre pour la prise des images.

Avec masque à oxygène car à cette altitude là il y en a peu.

Et des vêtements et gants bien chauds car la température est glaciale.

Je suis même sorti de l’avion pour me mettre à plat ventre sur une aile.

iPhone 12bio a parfaitement géré l’altitude et l’exposition délicates:

La neige rendait difficile la balance des blancs.

Une multitude d’animaux sauvages se sont pressés de poser pour cette séance de shooting aérien.

J’ai eu la chance (l’inconscience?) d’organiser et de vivre aujourd’hui cette folie.

Aucune agence ne pourra vous proposer une telle aventure.

safari à paris

Je viens de poster cette annonce:

“Si la perspective d’un voyage Gorilles de Belleville et Bec en sabot de Ménilmontant vous fait vibrer….

Ou faire un safari à thème chez Albi Urbain Safaris, celui d’une semaine workshop pro à l’iPhone 12bio.

Le tout au cœur du légendaire et unique Massai-Paris vous donne envie, contactez-moi dès à présent”

Aussitôt Dominique de Montpellier s’est inscrite et a participé au premier stage.

Je m’attendais plus à un outfit camouflage “style Gérard” mais non !

La provinciale débarque en tenue FashionBlog, avec sa coiffure Bowie année 70.

Ici un portrait façon Benoit, de ma première stagiaire.

Vue la dégaine on a vite abandonné le côté wildlife et on a fait un débrief à la buvette Buci

sur le sujet “un apéro par jour” ou plutôt deux ?

safari à paris

Dans le biotope Bonaparte j’ai fait une macabre découverte:

le virus a muté.

La preuve: voilà une antilope et un gnou qui ont récemment attrapé le Covid.

Ce n’est pas beau à voir!

Paris ressemble maintenant à Jurassic Parc!

Le gouvernement nous a bien menti !

Je pense que dans un futur proche la fin du monde nous attend.

L’Apocalypse (Αποκάλυψις Ιησού Χριστού) est à notre porte.

Mais ça, ce ne sont que mes théories et scénarios que je me joue sans arrêt dans la tête.

En vrai, je n’ai aucune idée de ce qui nous attend!

Image iPhone 12bio en mode T-Rex.

safari à paris

safari à paris

Une forêt en fleurs devant l’Académie.

Je tombe nez à trombe amoureux d’un éléphant.

“Agile et noble, avec sa jambe de statue.

Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,

dans son œil, ciel livide où germe l’ouragan,

la douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair… puis la nuit ! Fugitive beauté

dont le regard m’a fait soudainement renaître,

ne te verrai-je plus que dans l’éternité ?”

Mon iPhone 12bio déclenche gluten-free et l’image est

100% éco responsable.

Ayant perdu mon zèbre  je lui propose de se joindre

à ma découverte safarienne de Paris.

Demain il fera jour, demain sera éléphant.

safari à paris
safari à paris

J’étais à vélo sur les berges de la Seine quand soudainement,

une chienne afghane voilée croise mon chemin.

La chienne reine de la savane parisienne ,

est à l’apogée de son règne et de sa gloire.

Légende du Paris-Mara de son vivant !

Personne ne l’avait revu depuis plusieurs semaines

et aujourd’hui elle est là, elle semble m’attendre.

C’est tout juste si elle daigne jeter avec nonchalance

son unique œil valide vers mon vélo qui s’approche.

Nul ne sait d’où lui vient cette balafre qui la défigure et la magnifie !

Peut-être elle-même ne s’en souvient-elle plus !

Sans doute lors d’un âpre combat avec une non-voilée où elle gagna,

à coups de crocs et de griffes, le privilège de siéger sur son trône

et de régner sans rivalité aucune, mais voilée, sur le Marais du 7ème arrondissement …

safari à paris

On approche de la fin.

L’Everest de l’indignité humaine !

Suite aux mutations du virus et après le couvre-feu,

des mutants et zombies errent dans la ville.

D’immenses créatures toutes vêtues de noir cherchent à se procurer nourriture et compagnie.

Passé 19h je me réfugie dans mon terrier pour me mettre à l’abri.

Voilà mes dernières images vue de la montgolfière en plein Paris.

Photo iPhone 12bio en mode “walking dead”.

Pour contourner le confinement…

Départ en montgolfière de notre campement.

Nous sommes au début d’une journée grandiose.

Le shooting des flamants roses, près du lac inférieur,

avec mon iPhone 12bio dans la biodiversité parisienne est couronnée par une image de concours.

A dix heures, je rangeais définitivement mon matériel après cette prise de vue

et nous reprenions la montgolfière en direction du camp,

vaincus par une matinée photographiquement fertile….

safari à paris

bientôt la suite et fin de mon safari à paris

pour revoir les deux premières articles rendez-vous ici:

safari à paris – by albi

safari à paris – part II

merci pour votre visite et à très bientôt sur pictures-by-albi

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Fill out this field
Fill out this field
Please enter a valid email address.
You need to agree with the terms to proceed

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Menu